Certains secteurs d’activité sont porteurs plus que d’autres en termes de développement pour le pays. Souvent, on lie la croissance d’un secteur à sa capacité à créer de l’emploi. C’est d’ailleurs l’avis que partage la majorité des experts en économie comme Philippe Jeannerot en affirmant que ces deux concepts sont étroitement liés dans la mesure où il n’y a pas de croissance si les chômeurs ne trouvent pas d’emplois. En France, on identifie d’ores et déjà deux secteurs très dynamiques dans cette optique.

Le commerce, pierre angulaire de l’emploi en France

Digital e-commerce word on lcd-styled display

Certains analystes, comme l’administrateur judiciaire Philippe Jeannerot, pensent que l’emploi est « levier important de la croissance économique ». Cette affirmation trouve sa force déjà dans le commerce, le secteur d’activité qui rassemble 13% des salariés français, soit plus de 3 millions de postes. Ce secteur profite notamment de la dynamique du e-commerce qui contribue à sa croissance à hauteur de 15% en moyenne par an.

Cependant, l’apport du e-commerce dans l’emploi reste encore faible à comparer par l’apport du commerce traditionnel. Selon les chiffres, le commerce a créé 270000 emplois entre 2000 et 2016, alors que le e-commerce n’en a créé que 45000. L’économie française tient alors encore aux formes traditionnelles du commerce, même si les prévisions ne sont pas assez encourageantes à cause du ralentissement de la consommation. En réalité, le commerce va préserver sa capacité à créer 20000 postes au minimum même dans ces conditions.

Les activités sociales boostent la création d’emploi 

Si le commerce est le secteur le plus productif en termes de création d’emplois, un deuxième domaine ne lui semble pas loin. Il s’agit du groupe « action sociale et hébergement médico-social » qui opère à la fois dans les activités marchandes et non marchandes en ayant une grande contribution à l’employabilité dans l’Hexagone. Pour l’année 2017, on estime déjà que ce secteur dépassera la barre d’un million de salariés engagés dans ses différentes filières avec une moyenne de 20000 nouveaux postes crée.

Les activités sociales profitent du grand accroissement des besoins liés à la vieillesse et la dépendance partout dans le pays. Les métiers relatifs à ce groupe sont de plus en plus en vue et on observe même une croissance des formations professionnelles qui leur sont destinées. En gros, la France bénéficie de deux grands secteurs qui favorisent le travail pour réduire le taux de chômage, assurer plus de valeurs ajoutées et garantir la croissance économique du pays.